U

Livre Mange Bruxelles

22 restaurants, 83 invités et 200 recettes qui racontent les meileures tables de Bruxelles
Restaurant Gastronomique

Le Dôme

2 Grote Hondstraat,
2018 Anvers
Tél. +32 (0)3 239 90 03
Fermé samedi midi, dimanche et lundi.

Passé par Gagnaire et Ducasse, Julien
Burlat a quitté sa France natale il y a quelques
années pour suivre Sophie Verbeke à
Anvers et ouvrir avec celle qui fut longtemps
l’assistante de Dries Van Noten une des plus
belles maisons de bouche de la Métropole.
On ne va pas tourner autour du pot : le Dôme
fait partie de mes plus belles expériences
des derniers mois. Un repas excellent, en
fi nesse et en élégance, porté par un service
impeccable, et dans un lieu superbe. Le genre
d’aventure qui vous suit longtemps d’autant
qu’elle fut accompagnée de vins magnifi -
ques et inoubliables. Présentée comme une
des plus belles du pays, la carte des vins fut
créée par Steve Bette, mais a été reprise et
est développée depuis deux ans par Wouter
De Bakker, importateur à ses heures. On en
parlera, mais précisons que Julien, malgré
un effacement attendu derrière son sommelier,
est loin d’être un manchot rayons vins
et vignerons. De ses cuisines, il nous a fait
goûter du maquereau en amuse-bouche, puis
un carpaccio de poulpe avec jus de betterave
rouge, puis de l’anguille, puis une langoustine,
puis plein d’autres choses, toutes aussi belles
et tellement bonnes que j’en ai perdu l’envie
d’écrire. Il n’y avait rien à prétendre, juste se
taire, se laisser faire, accepter l’évidence et
les silences devant ses assiettes dessinées
comme des tableaux de maîtres fl amands.
On entendait les couverts s’amuser, c’est tout
dire, d’autant que Wouter relançait nos émotions
avec des vins venus de domaines dont je
n’avais parfois jamais entendu parler. Derrière
un côté « bonjour les mormons », Wouter est
des plus sympathiques qui soient, proposant,
sur le poulpe, « Sincerely », un sauvignon blanc
d’Afrique du Sud de chez Neil Ellis 2007, joli
geste, avant, belle audace, d’oser sur l’anguille
un madère de chez Barbeito. Un Tokaj
Furmint 2008 Puklus relevait la langouste,
une surprise, j’avoue, qui prouve que le furmint
peut être étonnant en vin sec. Pour la suite, je
me souviens d’un Lefl aive 96, la cuvée de base
( 74 € / correct ) que ni moi, ni ma femme ne
sommes près d’oublier, puis un Côte de Jura du
Domaine Berthet-Bondet et un Sigalas servi
avec le dessert. Celui-là, je m’en souviens
bien car je l’ai reconnu à l’aveugle. Je n’écris
pas cela pour faire de mon nez – j’ai visité
ce domaine l’année dernière – mais comme
cela m’arrive plutôt rarement de tomber juste,
réussir ce coup-là devant Wouter tombait
plutôt bien. Avouez !

Votre Nom *

Votre email *

Votre site

Votre commentaire *


Merci de saisir le texte de cette image pour valider votre commentaire