U

Livre Mange Bruxelles

22 restaurants, 83 invités et 200 recettes qui racontent les meileures tables de Bruxelles
Restaurant

Les plats canailles de la Bleue Maison

6 Rue du Pont d'Oye
6720 Habay-la-Neuve
Tél. +32 (0)63 42 42 70
www.lesplatscanaillesdelableuemaison.be
Fermé le lundi et le mardi.

Tout au fond du pays, la Bleue maison se
baigne dans la Rulle, au creux d’un cadre des
plus enchanteurs. Richard Thiry s’y amuse à
travailler des plats qui ne se prennent pas la
tête comme il aime le rappeler, mais qui vous
y laissent de jolis souvenirs. Figure locale, le
chef s’est fait une réputation avec son frère
Jean-Luc aux « Forges » voisines, institution
que la famille a conduite à l’étoile et à un
17/20 chez Gault Millau. Plus modeste, mais
toute aussi bonne, cette « Bleue maison… »
se remet du départ de Jean-Luc, épicurien de
belle réputation parti trinquer avec les anges.
Très agréable lorsque le soleil est de la partie,
cette adresse vaut le détour en hiver pour ses
« soirées vigneronnes », conçues notamment à
l’initiative de Pascal Carré. La soirée propose
une rencontre entre un sommelier, un chef et
un vigneron présent en salle, passant de table
en table pour raconter ses vins. J’en ai vécu
une, elle était magnifi que, avec un menu épousant
les vins de la Maison Bleger, en Alsace.
Pour l’occasion, Richard avait préparé un carré
d’agneau au foin, poireaux frits et confi t de
pommes de terre, jus de cuisson aux airelles,
coco tarbais et oignons primeurs aux fèves des
marais. Une merveille, je n’en dirai pas plus.
La carte des vins est double : une première
partie, récente, est écrite par Pascal
Carré. Orientée sur le Bordelais et la Bourgogne,
la seconde partie propose le fond de cave
des « Forges », maison qui a compté jusqu’à
1.000 références. De beaux restes quand on
sait que cette maison a reçu en 1997 le Prix
national de la Meilleure carte de vins et le
Prix Gosset Celebris pour la « Meilleure carte
des vins de Champagne ». Côté prix, le maître
des lieux parle d’occasions imbattables :
on le suivra sur certaines propositions, mais
pas toutes : un Trévallon 2003 à 81 €, c’est
pas mal, mais un Dagueneau 2002 à 120 €
s’inscrit dans la ligne habituelle. Mais là, je
pinaille parce que quand on voit un château
Yquem 1962 à 253 €, une Romanée Conti 2000,
« Grands Echezeaux » à 590 €, un Mouton
Rothschild 90 à 332 € ou un Volnay 98 Comtes
Laffon, Premier Cru, à 115 €, on éteint l’ordinateur,
on réunit la famille, et l’on part pour ce
coin magnifi que entre Ardenne et Gaume.

Votre Nom *

Votre email *

Votre site

Votre commentaire *


Merci de saisir le texte de cette image pour valider votre commentaire